Les femmes et la gestion de l’argent

Notre webinaire a commencé par énumérer certaines des idées préconçues les plus courantes sur les femmes et l’argent : les femmes dépenseraient plus, elles seraient plus prudentes dans leurs investissements, prendraient moins de risques, seraient plus altruistes et seraient plus stressées par l’argent. Le problème est que ces idées préconçues ne sont étayées par aucune étude approfondie qui prouverait que les femmes géreraient leur argent différemment des hommes parce qu’elles sont des femmes. Mais ces stéréotypes sont utilisés depuis des années par le secteur financier pour cibler les femmes, définies comme un segment de clientèle spécifique.


Quel est le problème avec ces stéréotypes ? Premièrement, ils n’analysent pas les faits : les femmes n’ont pas une « capacité » différente à gérer leur argent, mais la plupart des femmes ont une situation financière différente de celle des hommes pour trois raisons principales : elles vivent plus longtemps, elles gagnent moins et leur carrière est interrompue par les grossesses et la garde des enfants. En n’identifiant pas les causes profondes, l’éducation financière des femmes ne contribue pas vraiment à résoudre leurs difficultés financières. En outre, ces stéréotypes contribuent également à entretenir la faible confiance en soi des femmes dans la gestion de l’argent en laissant entendre que les femmes ne sont pas douées en matière de gestion financière, même si dans de nombreuses familles, les femmes gèrent les dépenses par exemple.

Un deuxième sujet très important dont nous avons discuté concerne les lois matrimoniales ; lorsque nous parlons de l’argent des hommes et de l’argent des femmes, nous oublions que dans de nombreux pays, les revenus et les biens des couples mariés sont en propriété conjointe, ce qui implique une responsabilité conjointe, et que les dettes sont également dues conjointement. L’éducation financière devrait se concentrer sur des ateliers avec des couples pour apprendre à communiquer sur l’argent, à travailler en équipe, à établir un budget ensemble, à définir des priorités, à déclarer leurs impôts ensemble et également à partager des informations. Étant donné que les femmes survivent statistiquement aux hommes, il existe de nombreux cas où les veuves, si elles ne participent pas à la déclaration de revenus de la famille ou ne savent pas où se trouvent les documents importants, tombent dans la pauvreté ou sont privées de leurs droits parce que les actes étaient uniquement au nom de leur mari. Nous soulignons également l’importance de rédiger un testament. Lorsque les bailleurs de fonds exigent que les programmes ciblent uniquement les femmes, ils ne parviennent pas à aider les couples à gérer ensemble leurs actifs et leurs revenus communs et bien souvent, les femmes ont du mal à mettre en œuvre ce qu’elles ont appris parce que leurs maris n’ont pas assisté à ces ateliers.

Un troisième sujet que nous avons abordé était les abus financiers, où l’agresseur prend tout le contrôle de certains aspects de la vie de son partenaire, y compris les finances. Il faut faire davantage pour sensibiliser l’opinion à ce type d’abus.

Le quatrième sujet portait sur les carrières interrompues des femmes et l’impact financier sur leur épargne et leur retraite. La financiarisation de nos vies, c’est-à-dire la nécessité de travailler dans le secteur formel et de gagner un revenu pour payer tous les services et biens, y compris à un âge avancé, ne reconnaît pas l’importance de la présence des parents – mères et pères – dans les trois à cinq premières années d’un enfant. Le bien-être des enfants n’est pas pris en considération au niveau social, malgré son impact énorme. L’argent n’est pas tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 2 =