L’exposition « La Finance en Images » à Kinshasa, RD Congo.

Lors de la Semaine Mondiale de l’Argent organisée par la CYF qui s’est tenue à Kinshasa du 28 mars au 3 avril , APPEC-EDUCATION  (l’Association pour la Promotion de l’Education à l’Entrepreneuriat au Congo) avec le soutien de a+b= 3 et en partenariat avec l’APROCEC (l’Association Professionnelle des Coopératives de Crédit et d’Epargne de DRC) a présenté l’exposition « La Finance en Images » au siège de l’APROCEC pendant trois semaines. Cette exposition avait été originellement créée pour les 10 ans d’a+b=3 et montré à Hong Kong puis Phnom Penh en novembre dernier.
Au total la Semaine Mondiale de l’Argent  a atteint 9.470 personnes dont près de 780 pour l’exposition seule (75% de scolaires et 25% d’adultes- enseignants, membres des ONG, agents des institutions financières). En plus de la vingtaine d’affiches exposées et leur commentaire, les élèves (et les adultes) pouvaient remplir un questionnaire sur les différents thèmes soulevés par l’exposition.
Jean-Michel Ngoyi de l’APPEC commente : Ce que nous pensions être petit est apparu comme quelque chose de grand qui est venu juste à propos surtout dans le monde de la finance ; la participation a été passive au début mais au fur et à mesure qu’on avançait de plus en plus de gens ont trouvé que les images parlaient et ont commencé à réfléchir surtout que l’exposition a coïncidé avec le scandale des Panama papers. Le nouveau slogan d’a+b=3 (« l’argent compte, les gens aussi ») a aussi beaucoup touché plusieurs visiteurs. Cette exposition a fait à la fois un travail d’éducation financière mais aussi a dénoncé des pratiques contraires à l’éthique notamment la planche qui parle de la pression de l’intérêt : l’affiche des souris composées a été beaucoup commenté par des personnes subissant la pression des banques et les questions en relation avec l’intérêt (affiches sur l’impact de l’intérêt) ont suscité beaucoup de discussions et même une mini-conférence presque improvisée. L’utilisation du lingala, une de de nos langues nationales, a permis de placer ces questions d’éducation financière sur  la place publique. L’affiche sur le surendettement (« ne  laissez pas vos dettes vous écraser ») a attiré beaucoup de monde et suscité des débats entre visiteurs et emprunteurs. En effet, un des points qui ressort des réactions à cette exposition, projet très novateur pour notre pays, est que l’éducation  financière ne doit pas concerner seulement les personnes ayant besoin de bénéficier des divers services financiers mais doit concerner en priorité les banquiers eux-mêmes. L’exposition a clôturé le 19 avril 2016  avec la visite d’une délégation de la GIZ (l’organisme de coopération allemande).

a+b=3 est particulièrement sensible à ces réactions car ces dix ans de travail dans le domaine de l’éducation financière nous ont convaincu que notre rôle d’éducateur ne se limite pas à transmettre de l’information, mais se doit aussi de développer l’esprit critique, en particulier sur les questions de responsabilité et celles d’éthique qui sont fondamentales pour développer et faire fonctionner des systèmes financiers justes et fondés sur la confiance mutuelle, condition première de tout échange économique durable. L’éducation financière ne peut pas se réduire à du marketing bancaire et pousser des pauvres vers les produits bancaires ne réduit pas la pauvreté.
Jean-Michel poursuit : cette exposition a été beaucoup appréciée par nos partenaires et les premières retombées sont déjà positives : nous avons proposé qu’une des planches de l’exposition (celle sur le surendettement) soit intégrée dans les manuels scolaires sur lesquels nous travaillons actuellement (Note : l’éducation financière a été déclarée prioritaire par le Gouvernement de la RD Congo). Les partenaires souhaitent que cette exposition se déroule chaque année à la même période avec d’autres affiches et des thèmes nouveaux et que l’exposition actuelle soit mobile et soit exposée dans d’autres villes de la RD Congo. Cette exposition nous a apporté du monde, de l’audience et également une grande responsabilité car depuis lors nous avons reçu de plus en plus de demandes de formations. Il y a un besoin immense de formations en particulier des personnels d’ONG, des professeurs et maîtres mais aussi des acteurs de la finance eux-mêmes et nous comptons sur le soutien d’a+b=3 pour organiser une formation de formateurs. 
Quelques témoignages :  André Nkusu de l’organisation  APROCEC : « Cette exposition est une nouveauté même pour nous du monde de la finance, c’est la première fois que nous collaborons à une telle activité car c’est une ressource que nous n’avons pas souvent utilisé. Elle est adaptée facilement à tous les âges et surtout ce qui réjouit c’est sa mobilité. On peut faire cette exposition en milieu financier, ou en milieu scolaire  et même sur la place du marché. Les gens surtout nos membres ont fixé facilement les choses avec les images. Nous vous disons merci pour cette première dans notre pays, la RD Congo, et souhaitons qu’a+b=3 continue avec cette expérience car le pays est vaste ... »
Billie Bilema (agent bancaire) : « Nous avons fait une visite exaltante avec des thèmes divers et qui suscitent des discussions  et des interrogations mais plus on évolue dans les visites les choses deviennent de plus en plus claires. Les thèmes centraux sont souvent ceux de l’éducation financière classique et nos agents de clientèle peuvent aussi s’en servir pour discuter sur des questions de crédit, des taux d’intérêt, de dettes, des dépenses, et au-delà la négociation financière… ».
Kabedi Abigael (élève de 15 ans ) : « A travers cette visite nous avons découvert pour la première fois les finances autrement en images , pour nous c’est intéressant , amusant mais cela nous responsabilise surtout vis-à-vis de nous-même, et des institutions financières ….nous aurons souhaité que cette exposition se déplace dans nos écoles lors des grandes manifestations pour que de plus en plus de nos collègues en bénéficient et nos enseignants ….Nous sortons de l’exposition avec l’idée que les banques sont des partenaires, que les dettes doivent être évitées sauf si c’est vraiment utiles et que nous devons privilégier l’épargne, l’investissement plutôt que les dépenses. Si vous organisez cela prochainement nous serons heureux d’amener beaucoup de nos amis… »
Note: l’exposition est aussi disponible en ligne.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.